Rock'n'fun in Canada

10 janvier 2012

J'aurais pu écrire ça le 11 janvier...

Certain(e)s ont fait un bilan de l'année avant les fêtes, moi, je n'ai pas eu le temps! Les repas dans ma famille québécoise se sont enchaînés à un rythme endiablé, pour mon plus grand bonheur :) Vous pourrez voir tous ces jolis moments en cliquant sur la photo en fin d'article.

2011 a été riche en découvertes, en voyages, en rencontres, mais aussi en adieux, en coups de blues et en remises en question.

Janvier, une rencontre, une histoire qui commence tout en sachant qu'elle se terminera quatre mois plus tard... Profiter du meilleur et ne rien regretter, jamais.

Février, un voyage en Russie avec mon frangin, dans le froid polaire et les galères le précédent pour obtenir un visa alors qu'on avait déjà nos billets d'avion. La découverte d'une culture inconnue et de traditions pour le moins... intéressantes! On se souviendra du petit verre de vodka offert avant le repas, histoire de nous réchauffer par -30˚C, des quelques mots de russe prononcés avec beaucoup d'application et de rigolade afin de se faire comprendre tant bien que mal, de la traduction des arrêts de métro et noms de rues dignes des énigmes du Journal de Mickey force 3, de l'entrée fortement délabrée de notre B&B à St Pétersburg aillant bien failli affecter la patience de mon petit frère, puis la surprise d'un immense appartement pour nous tout seuls.

Mars, un week-end particulier, hors du temps, une cabane, du champagne, des chansons passées en boucle et le début des adieux.

Avril, une démission posée avec un gros pincement au coeur. Je ne sais pas quand je ressentirais à nouveau l'excitation des urgences avec Anne, Béa et Véro, mes trois acolytes de nuit, nos déguisements improvisés, les méga-bouffes entre services, avec les "gueuses d'à côté", sans oublier tous ces patients qui ont sérieusement pimenté nos nuits, trois années durant (mention toute particulière pour une course poursuite entre un patient très en forme malgré son grand âge, et Béa; j'en rigole encore beaucoup). Une soirée d'au-revoir avec les copines, un chouette "kit de survie à l'usage d'une future exploratrice de terres inconnues...", pas mal d'émotion et quelques larmes. Des clés d'appartement rendues, mon premier bel appartement, entièrement refait à mon goût. Des avances un peu trop insistantes d'un voisin visiblement très "touché par mon départ" (maisouimaisbiensur). La vente de tous mes meubles, le don d'une bonne moitié de ma garde-robe, pour qu'il ne reste plus que sept cartons, que j'ai eu bien du mal à entreposer. "L'abandon" de mes chats, encore beaucoup beaucoup de larmes et de culpabilité toujours bien présente, je sais qu'ils sont dans deux adorables familles, mais quand même... Un dernier repas avec ma Poule et son mari, enceinte jusqu'aux dents ou presque (Poule, pas son mari hein), que je reverraient quelques mois plus tard avec leur jolie petite Margaux. Et puis la fin de douloureux adieux qui n'en finissaient plus.

Le 30 avril, "premier jour du reste de ma vie", de l'autre côté de l'océan, à Montréal...

Mai, une déprime qui accompagne tout gros chamboulement, ma vie change du tout au tout, je n'ai que deux valises pour souvenirs et une merveilleuse famille pour m'accueillir. Sans compter deux amis devenus très proches, Marcel et Marie, sans lesquels je ne serais probablement jamais rester tant ce fut difficile. Le choc d'un nouveau continent, à la fois proche et lointain, une adaptation qui prendra du temps.

Juin, un déménagement dans un chouette appartement en collocation, avec des colocataires que je ne connaîtrais que trois mois plus tard, j'aime décidément prendre des risques. Une petite chambre décorée à mon goût, je me crée un nouveau cocon, je bricole, récupère, peint, pour avoir une pièce qui me ressemble et soit agréable une fois l'hiver venu.

Juillet, une remise en question professionnelle tant attendue. Vers quel métier me diriger? Reprendre ma job d'infirmière mais en devant me faire à de nouvelles pratiques, sans envie profonde? Faire ce que j'ai toujours souhaité: travailler avec les enfants? A l'heure actuelle, je n'ai toujours pas de réponse.

Août, un voyage à New York un peu magique, des retrouvailles à Time Square avec Anne, la découverte d'un petit coin de paradis, Coney Island, pour lequel je serais presque prête à refaire une dizaine d'heures de train. Un anniversaire, le mien, 26 ans, le plus joyeux anniversaires depuis que j'ai poussé mon premier cri. Puis un emploi, oui j'ai pris du temps, j'en ai profité de mon permis Vacances-travail, je commence donc un mandat au Cirque du Soleil. Je rencontre Joëlle, Chantal, Gunes, Martin, je travaille dans une très bonne ambiance, je voudrais prolonger mais ce n'est pas possible.

Septembre, un an, trop dur à oublier. Se souvenir de ce qui s'est passé le 1er septembre 2010, un départ, une rupture. Mais peut-être cela me donne-t-il la force de prendre une décision: je demande ma Résidence Permanente, je reste ici, cette fois, c'est moi qui part et pour de bon. Mais pour ça, je dois rentrer en France chercher les documents nécessaires à mon visa. Je revois mes ami(e)s, j'assiste au mariage de ma Lulu, je revois des personnes que j'ai aimé, avec souvent beaucoup d'émotion. Je fais de la collocation avec mon père, je profite au maximum de ces vacances, même si je dois courir à droite à gauche et me confronter à la sympathique administration française. Je mange beaucoup, du reblochon, des Prince, de la baguette, mais surtout du reblochon. Et puis il y a eu en début de mois, la "vraie" rencontre avec mes coloc' Thomas, Thibault et Antoine (sans oublier Marine, notre demi-coloc' ;)

Octobre, une job, retour au Cirque du Soleil, dans un autre département, un boulot plate mais riche en rencontres, beaucoup de rigolades avec Anie, que j'aurais plaisir à revoir par la suite pour des soirées Jenga/Pocker. Un coup de foudre non réciproque, auquel je n'ai su que répondre sans blesser, mais qui a fait du bien à mon égo, contrairement à un refus d'embauche en hôpital cardiologique, qui m'a un peu démonté et m'a conforté dans ma remise en question...

Novembre, la recherche d'une nouvelle job, la fin de l'automne, le creu de la vague.

Et décembre, l'approche des fêtes, l'attente de la neige, Noël, un sapin, la création d'un atelier de desserts le temps d'une journée, beaucoup d'alcool et de lendemains de veilles difficiles. Je profite, je savoure, la fin de l'année est proche, l'heure est aux bonnes résolutions et au bilan. Certains souvenirs ne s'effacent pas mais il va falloir continuer à s'en faire de nouveau.

Le début d'année avec une bonne nouvelle: mon dossier de résidence permanente avance, j'ai reçu la première partie du visa et les instruction pour la visite médicale, je vois le bout du tunel!

Et aujourd'hui, premier jour d'une rentrée tant attendue...

Bonne Annee!

Posté par Lulubel à 06:12 - Blablabla... - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    N'ayant découvert ton blog que récemment, cet article permet de te connaître un peu mieux! Je vois que tu as travaillé au Cirque du Soleil, c'était comment? Ça fait un peu rêver...

    J'ai vu aussi dans un autre article que tu es bénévole au Robin des Bois? J'avais entendu parlé de ce resto, j'adore le concept, si j'ai un peu de temps ça me tenterait bien d'y être bénévole aussi!

    En tout cas, je te souhaite le meilleur pour 2012! Peut-être qu'on se rencontrera à Montréal (j'arrive en mars)!

    Posté par Green Geekette, 10 janvier 2012 à 13:11
  • @Green Geekette

    C'est avec plaisir qu'on pourra se rencontrer, une fois que tu seras sur Montréal!
    Pour le Cirque du Soleil, c'est une chouette entreprise mais l'un des deux postes que j'ai occupé était particulièrement ennuyeux ( sans qualification dans le milieu des Arts/de la couture/etc..., c'est dur de trouver mieux)
    Le Robin des Bois, je te recommande! L'équipe est vraiment sympa et le boulot plutôt cool; puis ça fait une 1ère expérience et le bénévolat est toujours bien vu ici
    A très bientôt et merci encore de me suivre!

    Posté par Lulubel, 10 janvier 2012 à 23:10

Poster un commentaire